Feuilles Univers

POPULUS-1-Margitsziget-01112020, 2021, impression cyanotype, 30 cm x 36 cm.

 

 
 
 
PRUNUS-1-Margitsziget-07112020, 2021, impression cyanotype, 30 cm x 36 cm.  
 

 

 

Une feuille est un traducteur, un transformateur solaire, elle transforme l’énergie solaire en matière vivante au moyen de la photosynthèse, elle est une matière de lumière. La feuille est cet être de surface qui étend le plus possible son contact au monde. Elle est directement connectée à l’étoile, elle s’y expose.

Dans la feuille, des ciels étoilés apparaissent. Parfois stellaire, parfois lunaire, elle joue avec l’imagerie astronomique. Le toucher, la tentative d’ entrer en contact avec la surface pour recueillir un détail du monde, engendre d’autres feuilles. Elles nous font de nouvelles constellations, de nouveaux ciels.

Parmi les techniques pour faire empreinte, c’est le cyanotype qui me semble produire une image permettant le jeu d’échelle et le flou nécessaire. Le cyanotype, technique de photographie alternative, fait apparaitre une image bleu de prusse, dont on peut varier les densités, lors de la réaction d’une solution photosensible à base de fer aux rayons UV du soleil. L’image de ces constellations de feuilles, de ces  » feuilles univers  » est encore une histoire de lumière, un instantané de la captation lumineuse qui fixe dans le temps un instant de lumière. L’empreinte est ici une empreinte de lumière.

En arpentant ces feuilles-territoires, en cartographiant chaque feuille, en jouant sur les échelles, nous avons la sensation d’une dislocation.

La feuille, soudain cosmos, fait monde autour de nous.